5 000 noms remis au Premier ministre Graham pour sauvegarder la Restigouche

  • Published on Sep 09 2010 |
  • This article is tagged as: français

(Fredericton) - Suite au tout premier forum électoral sur la conservation de la nature au Nouveau-Brunswick, organisé hier par la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), le groupe remet aujourd’hui au Premier ministre Graham une liste de 5 000 personnes qui désirent garder pour toujours à l’étage sauvage la zone sauvage la plus spectaculaire du Nouveau-Brunswick, soit la Restigouche.

Le Parti Vert, le Nouveau Parti Démocratique et le Parti Libéral ont envoyé des représentants pour participer à ce forum. La représentante du NPD, Genevieve MacRae, déclarait que le NPD voulait un plan d’ensemble qui va mener à des emplois durables à long terme et à un environnement forestier sain ; elle appuyait aussi une augmentation des aires protégées. Greg Byrne, représentant du Parti Libéral, croit que la décision annoncée auparavant, avec une légère augmentation des aires protégées, ainsi qu’une plus grande concentration sur les plantations, est une approche équilibrée et qu’ils s’engagent à continuer ainsi. Le représentant du Parti Vert, Jean-Louis Deveau, disait qu’ils supporteraient d’accroître la cible pour l’établissement de nouvelles aires protégées de sorte que les aires les plus sauvages de la Restigouche puissent être légalement protégées, de concert avec une gestion plus écosystémique des forêts publiques. Les 60 personnes présentes furent très déçues de ne pas pouvoir entendre le point de vue du Parti Conservateur, ni du Parti de l’Alliance Populaire.

« Nous étions déçus qu’en dépit de nombreux efforts pour confirmer la représentation du Parti Conservateur et de celui de l’Alliance populaire, ils ont décidé de ne pas profiter de cette occasion pour parler directement aux citoyens très intéressés à la conservation de la nature. Nous apprécions grandement la participation des Libéraux, du NPD et des Verts à cette soirée très intéressante, » déclarait Roberta Clowater, Directrice exécutive du section de la SNAP au Nouveau-Brunswick.

Clowater ajoute : « Notre campagne Gardons la Restigouche sauvage a obtenu jusqu’à date la signature d’au delà de 5 000 personnes, soit en ligne ou par cartes postales. Ce sont des gens du Nouveau-Brunswick, du Québec et de différentes régions du Canada qui comprennent bien la valeur de la superficie sauvage de la Restigouche pour la santé écologique de notre province, ainsi que pour la survie du saumon sauvage de l’Atlantique et du lynx du Canada, sans oublier les centaines d’emplois durables dans le tourisme qui dépend de la nature. Les Néo-Brunswickois, tout comme les touristes, comprennent bien qu’il s’agit d’un atout naturel de grande valeur qui doit être protégé. Nous espérons que tous les partis comprennent son importance à la compétitivité des industries du tourisme et de la forêt. Elles se font compétition sur le marché, là où la durabilité environnementale du plus haut niveau est dorénavant attendue des consommateurs. »

Les sections de la SNAP du Nouveau-Brunswick et du Québec travaillent ensembles pour encourager les deux provinces à protéger les sections les plus sauvages de ce bassin versant qui chevauche nos deux provinces. « La Restigouche abrite une faune nombreuse et variée, telle que le saumon, les ours, des lynx et des aigles – refuge sauvage reposant aussi pour les gens du coin et les visiteurs. L’enthousiasme pour la signature de notre pétition démontre bien à quel point le public souhaite en conserver le caractère de nature sauvage, » ajoutait Sophie Paradis, Directrice exécutive de la SNAP au Québec.

La SNAP au Nouveau-Brunswick prévoit continuer à faire pression pour obtenir plus de protection dans la Restigouche auprès du gouvernement provincial, après les élections.

 

- 30 -

Pour information en français : Sophie Paradis - 514-603-7627
Pour information en anglais : Roberta Clowater - 506-452-9902 ; cpawsnb@nb.sympatico.ca ; www.cpawsnb.org